Investissement

(Au moins) 3 bonnes raisons d’investir dans une résidence étudiante

Avec l’allongement du temps d’études et l’augmentation du nombre d’inscriptions, la demande de logements étudiants n’a jamais été aussi forte en France. Le recours à l’investissement privé apparaît de plus en plus comme la solution adéquate.

  1. Plus de 2,5 millions d’étudiants en 2016-2017

En 2016-2017, la France a établi un nouveau record d’inscriptions étudiantes, selon le ministère de l’enseignement supérieur (+2,3% par rapport à 2015-2016). Les effectifs ont été multipliés par 8, depuis 1960, et le cap des 3 millions pourrait être dépassé d’ici quelques années.

Les étudiants sont plus nombreux et aspirent à des études plus longues. Surtout, ils quittent plus facilement leur région pour suivre les enseignements de leurs choix.

Depuis plusieurs années, l’Etudiant dresse donc un palmarès des villes les plus attractives, selon des critères bien définis (vie étudiante, cadre de vie, emploi, formation…). Sans surprise, les métropoles trustent les premières places de ce classement : un premier indicateur pour qui cherche à investir.

Les 15 villes étudiantes les mieux classées par « L’Etudiant » :

  1. Lyon
  2. Grenoble
  3. Toulouse
  4. Montpellier
  5. Rennes
  6. Bordeaux
  7. Nantes
  8. Paris
  9. Strasbourg
  10. Angers
  11. Aix-Marseille
  12. Poitiers
  13. Lille
  14. Clermont-Ferrand
  15. Nice
  1. Logement étudiant : un marché tendu, une situation urgente

Avec la hausse du nombre d’étudiants, se loger relève parfois du parcours du combattant pour les jeunes du supérieur. Malgré les plans successifs lancés par les gouvernements, il manquerait près de 100 000 places d’après l’organisation étudiante, la FAGE.

De nombreux investisseurs l’ont compris. À Lyon, Toulouse, Tours, Clermont-Ferrand, Bordeaux ou Paris, des projets de résidences privées se multiplient et d’autres devraient continuer à voir le jour.

  1. Les solutions LMNP ou LMNP Bouvard-Censi 

Car l’Etat encourage les investissements privés en matière de logements ou de résidences étudiantes, à travers, notamment, le statut de loueur meublé non professionnel (LMNP).

Pour en profiter il faut se porter acquéreur d’un bien immobilier neuf ou ancien (sous certaines conditions), dans une résidence de services, telles que les résidences étudiantes «Les Belles Années».

Le propriétaire-investisseur doit ensuite louer son bien par bail commercial, pour une période de 9 ans minimum, à une société de gestion de résidences proposant des services. C’est elle qui versera les loyers, que le logement soit loué ou non à un étudiant. Le propriétaire peut alors percevoir des loyers non imposés pendant plus de 20 ans et récupérer sa TVA (20%) sous certaines conditions.

L’option Bouvard-Censi, du statut LMNP, vise également au développement d’un réseau d’utilité publique. L’acquéreur du bien doit remplir les conditions exprimées ci-dessus. Pour le propriétaire, le Bouvard-Censi permet une réduction d’impôt correspondant à 11% du prix d’achat du logement, dans la limite de 300 000 euros d’acquisition (à répartir sur 9 ans et dans la limite de 33 000 € de réduction d’impôt). Ces dispositifs peuvent être perçus comme un moyen d’épargner, d’augmenter ses revenus et de se constituer un patrimoine, tout en bénéficiant de réductions d’impôt conséquentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *