Archives de la catégorie : Investissement

Investissement

Déficit foncier – Une défiscalisation efficace

Publié par :

Le déficit foncier permet de réduire l’impôt sur le revenu pour toute acquisition dans l’immobilier ancien destinée à la location. L’économie obtenue par le déficit foncier peut être cumulée avec d’autres investissements soumis à plafonnement comme l’investissement Duflot ou la participation au capital d’une PME. Il est intéressant de noter que le déficit foncier n’est pas soumis au plafonnement des niches fiscales et qu’il est obtenu par calcul des loyers perçus déduction faite des charges relatives aux dépenses liées à l’acquisition immobilière.

Lire la suite

Investissement

Investissement immobilier : l’investissement préféré des Français.

Publié par :

investissement immobilier

investissement immobilierUne enquête réalisée par le Crédit Foncier confirme que l’investissement immobilier est l’investissement préféré des Français. Ainsi, 56% des personnes interrogées privilégieraient l’investissement immobilier à l’investissement dans les marchés financiers et à l’épargne sécurisée.

Investissement immobilier, l’actif privilégié des investisseurs.

Où l’investissement immobilier a-t-il lieu?

Le lieu de l’investissement immobilier est très différent selon la nature du bien :

s’il s’agit d’un investissement dans le neuf, l’investissement se fera dans une zone géographique éloignée : 48% dans une autre région, 5% dans les DOM TOM.

En revanche,

s’il s’agit d’un investissement dans l’ancien, l’investissement se fera à proximité : 61% des personnes interrogées répondent « près de chez nous ».

Pourquoi investir dans l’immobilier locatif?

Trois motivations principales ont été notées par le Crédit Foncier lors d’un investissement immobilier:

  • payer moins d’impôts (68% des investisseurs)
  • disposer d’un revenu complémentaire à la retraite (44%)
  • se constituer un patrimoine (42%)

L’investissement immobilier, une valeur sûre.

L’étude du Crédit Foncier révèle surtout qu’un investisseur se lance dans l’investissement immobilier pour préparer son avenir et celui de ses proches. Investir dans l’immobilier est perçu par les investisseurs comme un investissement sécurisé qui leur assurera un patrimoine et des revenus complémentaires.

La motivation de la défiscalisation reste la plus importante à court et moyen terme. Mais s’assurer une retraite confortable et partager son patrimoine avec ses proches, passent au premier plan d’un investissement pensé à long terme.

Chez Valority, notre expertise de l’investissement immobilier permet de fournir à nos clients les meilleurs conseils pour un investissement rentable à court, moyen et long terme.

N’hésitez pas à entrer en contact avec un de nos conseillers si vous désirez en savoir plus sur l’investissement immobilier.

Investissement

Investir (maintenant) dans le Grand Paris.

Publié par :

L’investissement immobilier nécessite d’avoir une bonne vision du marché dans lequel on souhaite investir. La première chose à maîtriser est l’évolution du lieu où l’investissement va être réalisé. Ainsi, sur le long terme, le Grand Paris promet un développement rapide grâce à une politique urbaine volontariste et moderne.

Le Grand Paris, le paradis des investisseurs immobiliers

L’investissement immobilier dans le Grand Paris dépend d’un projet exceptionnel de transport, visant à développer l’accès à la capitale à plus de 12 millions de Franciliens! Ce projet pharaonique déjà connu sous le nom de Grand Paris Express, sera composé de 4 lignes de métros automatiques (lignes 15, 16, 17, 18), tandis que 2 lignes déjà existantes seront agrandies (les lignes 11 et 14). Au total, ce sont 200 Km de lignes de métro qui vont être installées entre 2015 et 2030! Les premières rames circuleront dès 2020 entre Pont-de-Sèvres et Noisy-Champs.

Ainsi, outre un réseau beaucoup plus large tout autour de la capitale, ce sont aussi les temps de transports qui vont être drastiquement réduits. Par exemple, il faut aujourd’hui 1h05 pour aller de Noisy-Champs à Villejuif IGR. Il ne faudra plus que 21 minutes une fois la nouvelle ligne en fonctionnement.

Ce gain de temps est une aubaine pour les Franciliens qui perdent aujourd’hui beaucoup de temps dans les transports en commun.

Parallèlement au projet de développement du réseau de métro du Grand Paris, de nombreux programmes immobiliers voient le jour dans les zones où les 72 nouvelles gares vont être installées.

C’est là que vous intervenez.

Investir dans le Grand Paris dès aujourd’hui

Ce projet de développement du Grand Paris répond à une demande de plus en plus forte des Franciliens en matière de logement. Habiter en plein Paris coûte cher, la banlieue proche reste ainsi le meilleur choix en terme de prix et de qualité de vie. Hélas, le nombre de logements ne correspond pas à la forte demande. Le gouvernement préconise ainsi la construction de 70000 logements par an afin de répondre à la demande. A ce jour, seuls 35000 logements sont construits tous les ans. La rareté du bien entraîne ainsi une hausse des loyers.

Avec le développement du Grand Paris Express et la création de 72 nouvelles gares, les quartiers proches des gares vont voir leurs valeurs augmenter. Il n’est évidemment pas question de chiffrer cette augmentation, mais il est clairement évident que d’ici 10 ans, les prix des logements auront augmenté.

Il faut investir aujourd’hui pour réaliser une plus-value dans 10 ans, quand le réseau du Grand Paris Express sera déjà en partie en service.

Découvrez nos programmes immobiliers situés dans le Grand Paris, et n’hésitez pas à nous contacter si vous avez la moindre question.

Investissement

Prêt Locatif Social

Publié par :

Un PLS (Prêt Locatif Social) est un prêt réglementé permettant à un investisseur, personne physique ou morale, d’acquérir un logement neuf à usage locatif, à un taux avantageux sous certaines conditions. Le PLS est distribué par la Caisse des Dépôts et Consignations (uniquement pour les OPHLM, SAHLM et SEM) et par tous les établissements de crédit ayant signé une convention avec elle (pour les investisseurs autres que ceux cités précédemment).

Comment profiter d’un PLS pour un investissement ?

  • L’Emprunteur s’engage à gérer lui-même le logement financé par un PLS ou à en confier la gestion à une personne ou un organisme agréé par arrêté du ministère chargé du Logement.
  • Une convention doit obligatoirement être signée entre l’Etat et le bénéficiaire du PLS. Cette convention détermine les obligations et les droits respectifs du propriétaire et des locataires du ou des logements qui ont fait l’objet de la convention (minimum 15 ans jusqu’à 30 ans).
  • Le logement doit être occupé à titre de résidence principale.
  • Pendant toute la durée de la convention, l’emprunteur s’engage à respecter les plafonds de loyers définis en fonction de la Zone du logement, et à louer à des personnes dont les ressources sont inférieures aux plafonds en vigueur.
  • Le logement ne doit ni être loué ni être occupé par les ascendants ou descendants du propriétaire ou ceux de son conjoint.
  • Le montant minimum du prêt doit être égal à 50% du prix de revient de l’opération.

Les avantages du PLS pour l’investisseur :

  • Possibilité de profiter d’un taux de TVA à 7% au lieu de 19,6 %, pour l’acquisition d’un bien neuf
  • Une exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties pendant une durée de 15 ans à compter de l’année qui suit celle de leur réalisation
  • Le statut de bailleur privé : le PLS est donc cumulable avec certains dispositifs fiscaux sous conditions
  • Un taux d’emprunt indexé sur la rémunération du livret A (taux très bas)

Les objectifs du Prêt Locatif Social

  • Développer l’offre locative en résidence principale, dans le secteur intermédiaire, par la construction et la rénovation. Le PLS est destiné à financer des logements correspondant à des niveaux de loyers et de ressources supérieurs au prêt locatif à usage social (PLUS) dans des zones à marché tendu
  • Rendre accessibles les logements neufs à d’avantages de personnes.
Gestion locative Investissement

Loi Scellier – L’ancienne loi Duflot

Publié par :

La loi Scellier est un dispositif d’investissement locatif qui fut en vigueur du 1er janvier 2009 au 31 mars 2013, date à laquelle elle fut remplacée par la loi Duflot.

Loi Scellier – Présentation

Le but de la loi Scellier était de soutenir l’investissement locatif des particuliers, mis à mal depuis la crise financière de 2008. Cette loi concernait les constructions neuves, en cours, en rénovation, réhabilitation ou transformation.
La loi Scellier était un amendement, dont le but fut de remplacer la loi Robien. Cette dernière soutenait également la construction de logements neufs destinés à la location en France, sur tout le territoire et donc parfois dans des zones où le marché de l’immobilier locatif était déjà saturé. Ainsi, certains nouveaux propriétaires, dans l’incapacité de trouver des locataires pour leur logement, n’ont jamais pu bénéficier des avantages fiscaux promis par la loi Robien.
Avec la loi Scellier, les zones éligibles à la défiscalisation ont été délimitées précisément. Selon que le logement se trouvait en zone A (Paris et la Côte d’Azur), B1 ou B2 (grandes villes de France), le plafond du loyer était variable. La zone C (les autres zones du territoire) était exclue du dispositif de défiscalisation de l’amendement Scellier, afin d’éviter la saturation du marché du logement locatif dans des villes où l’offre était déjà importante.
Ses avantages fiscaux étaient nombreux :

  • Une réduction d’impôt correspondant à 25% du prix du logement (pour un bien neuf), étalée sur 9 ans de location. Cette réduction de 25% du prix de revient de l’habitation fut effective du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2010, pour passer ensuite à 22%, puis à 13% au 1er janvier 2012.
  • Au terme des 9 ans, il était toutefois possible d’augmenter de trois ans renouvelables l’engagement de location, et d’obtenir un taux de réduction d’impôt encore plus intéressant (21% pour 15 ans de location).
  • Une réduction d’impôt reportable sur les 6 années suivantes (dans le cas où la réduction d’impôt était supérieure au montant de l’impôt à payer).

Mars 2013 : La loi Duflot remplace la loi Scellier

Début 2013, la loi Duflot est créée pour remplacer la loi Scellier. La loi Duflot a les mêmes objectifs que la loi Scellier et fonctionne de manière similaire.
Alors pourquoi remplacer la loi Scellier ?
Parce que ce dispositif fiscal a été jugé trop coûteux par l’Etat : si la loi Scellier classique octroyait 13% de réduction d’impôt par rapport au prix de revient du logement, contre 18% avec la loi Duflot, la loi Scellier intermédiaire (version davantage « sociale » que la loi Scellier classique) permettait d’obtenir jusqu’à 21% de réduction, repartis sur quinze ans de location. C’est cet avantage accordé au secteur intermédiaire qui fut abrogé dans le cadre de la loi Duflot.
De plus, la loi Duflot vise à rendre les loyers locatifs plus abordables, en imposant, contrairement à la loi Scellier, des loyers de 20% moins chers que ceux des logements de l’immobilier classique.

Investissement

Loi censi-bouvard 2013 : location meublée et réduction d’impôts

Publié par :

Pour les contribuables français qui désirent réaliser un investissement immobilier dans le neuf en résidence meublée, la Loi Censi-Bouvard actualisée permet une réduction d’impôt qui incite à investir dans l’immobilier et à développer son patrimoine.

Le point sur les détails de la Loi Censi-Bouvard 2013 ci-dessous.

Censi-Bouvard 2013, investissez dans les biens meublés.

La Loi Censi-Bouvard est appelée ainsi en raison de l’ancien député Michel Bouvard et de l’actuel député Yves Censi. Adopté le 16 mars 1999 à l’assemblée nationale, l’amendement Bouvard se fixe pour objectif d’inciter à l’investissement dans les résidences de service par le biais d’une fiscalité aménagée. Les résidences de service sont ainsi, par le biais de cet amendement, éligibles aux mêmes montant de défiscalisation que les logements classiques inscrits dans le cadre de la loi Scellier (actuellement loi Duflot depuis janvier 2013).

La réduction d’impôts est ici calculée selon un pourcentage du prix de revient de l’appartement, permettant ainsi de récupérer la TVA sur le montant de l’investissement. Concrètement, la Loi Censi-Bouvard version 2013 permet une réduction d’impôts égale à 11% de la valeur Hors Taxes d’un bien neuf, situé dans une résidence de services. Bien que ce dispositif soit prolongé jusqu’en 2016, le taux de défiscalisation peut être modifié à tout moment et la date de fin révisée.

Loi Censi-Bouvard : qui peut en bénéficier ?

L’investisseur qui souhaite acquérir un bien immobilier dans le cadre de la Loi Censi-Bouvard pour l’année 2013 doit remplir un certain nombre de conditions d’éligibilité. Premièrement, s’assurer que le bien neuf nouvellement acquis peut bénéficier de tous les avantages du dispositif LMNP (Loueur-Meublé Non Professionnel). Pour ce faire, il est important de bien vérifier que l’investissement se fait en LMNP neuf, sur une période qui court entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2016. Deuxièmement, le bail commercial pour la mise en location du bien LMNP doit se faire sur une durée minimale de 9 ans. Enfin, les recettes locatives ne doivent pas dépasser 23 000 euros par an, ou 50% du revenu global de l’investisseur. Il faut noter enfin qu’il n’existe pas, contrairement à la Loi Duflot, de plafond de loyers ou de conditions relatives aux ressources des locataires en dispositif Censi-Bouvard 2013. Par ailleurs, aucune zone spécifique prioritaire ne s’applique dans ce cadre.

Les questions les plus fréquentes des investisseurs

Les biens éligibles à la Loi Censi-Bouvard 2013 sont toutes les structures permettant d’héberger des personnes handicapées, type EHPAD, les résidences étudiantes avec services, les résidences de tourisme et autres résidences séniors. En 2013, le plafond d’investissement a été fixé à 300 000 euros H.T. par an. A noter cependant qu’il n’existe aucun plafond de ressources ni de loyer.

Découvrez notre page dédiée au statut du Loueur Meublé sur le site Valority.