Immobilier Investissement

Immobilier : les raisons d’investir en 2018

Dans cette année de transition fiscale, l’investissement immobilier recueille toujours les faveurs de nombreux Français. Pour cause : les signaux restent encourageants.

D’après le dernier baromètre publié par le Crédit foncier et l’institut CSA, le 31 janvier, et repris par l’AFP, 80 % des professionnels de l’immobilier se déclarent optimistes au moment d’attaquer l’année.

Après une année 2017 exceptionnelle, 2018 s’annonce toujours dynamique, malgré une montée des prix et les modifications amenées par la dernière loi de finances.

L’immobilier continue de faire rêver et reste un placement concret, accessible. Et les Français ne s’y trompent pas.

13% des Français intéressés par l’investissement locatif

Selon un sondage réalisé début janvier par Empruntis.com, courtier en prêts immobiliers, et le CSA :

  • 40 % des Français envisagent de se consacrer à un projet immobilier, surtout les moins de 35 ans (57%) ;
  • 56 % des locataires projettent de devenir propriétaires de leur résidence principale (+ 10 points) ;
  • 13 % des Français souhaiteraient se lancer dans l’investissement locatif en 2018 (contre 7 % en 2017). Une hausse soutenue par les Franciliens, soucieux de devenir propriétaires d’un logement locatif (lien vers Valority), à défaut d’investir dans une résidence principale.

Pour rappel, la loi Pinel, l’un des grands dispositifs  de défiscalisation, a été prorogé jusqu’en 2021, dans les zones à forte demande, en fin d’année dernière.

L’immobilier, une conjoncture favorable

En 2017, les taux de crédit immobilier étaient tirés à la baisse (1,5 % de moyenne) et les mesures de soutien public (prêt à taux zéro, aide personnalisée au logement, dispositif Pinel…) ont participé à la croissance du marché.

En 2018, les taux d’intérêt de crédit devraient rester attractifs ; autour de 1,65% en moyenne en fin d’année, d’après le Crédit foncier.

De plus, le prêt à taux zéro (PTZ) a finalement été reconduit pour une durée de deux ans dans les grandes agglomérations. Une décision saluée par les notaires de France lors d’une conférence de presse.

En parallèle, la fiscalité locale, devrait rester stable pour 55% des communes, d’après un sondage Randstad pour « La Gazette des communes », Villes de France et de l’Assemblée des communautés de France (AdCF) ; ce, malgré la baisse des dotations de l’Etat impulsée par la suppression de la taxe d’habitation.

 

L’immobilier continue ainsi d’envoyer de nombreux signaux positifs, dans un contexte changeant, pour tous celles et ceux désireux d’investir et de préparer l’avenir.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *